defren

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Contact Address
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.
Please agree to all the terms and conditions before proceeding to the next step

Already a member?

Login

L’auto-assistance au lieu de la corruption

Aide à l’auto-assistance – contre la corruption

Au cours des dernières décennies, l’Afrique a reçu fièrement deux billions de dollars d’aide au développement, avec peu d’impact. D’éminents économistes africains sont sceptiques quant aux programmes d’aide, qui se chiffrent en milliards, car de nombreux Africains ont été empêchés de prendre l’initiative au lieu de promouvoir l’indépendance. En bref, l’aide internationale soulage le gouvernement de son travail et empêche ainsi une prévention efficace. Les habitants des régions touchées par la sécheresse perdent ainsi toute initiative propre.

Toute l’Afrique se meurt et attend impuissante les sauveteurs de l’Ouest – c’est le message que Bob Geldorf a déjà diffusé en 1984 avec son appel musical aux dons pour les victimes de la sécheresse en Éthiopie. Au grand dam de nombreux Africains.

Si la sécheresse arrive, l’aide internationale arrivera aussi.

Les avantages et les inconvénients de l’aide alimentaire : « La sécheresse revient sans cesse et les communautés étaient préparées avec leurs propres stratégies de survie, mais celles-ci ont été pour la plupart perdues. Les gens disent : « Pourquoi devrais-je cultiver quoi que ce soit alors qu’il y a de toute façon des fournitures d’aide ? C’est ce qu’affirme la militante kenyane des droits de l’homme Fatuma Abdulkadir Adan.

Cette forme d’aide subventionne indirectement de mauvaises politiques et alimente les conflits entre les élites qui se disputent l’argent de l’Ouest.

© Filip Erlind

Les moyens de sortir de la corruption et de la mauvaise gestion

Notre approche, pratiquée avec succès depuis 30 ans, est basée sur le développement du projet phare de l’aide allemande au développement, PATECORE : les sols infertiles sont remis en culture par les agriculteurs eux-mêmes, puis entretenus de manière durable. Bien sûr, des investissements initiaux sont également nécessaires, mais ils sont compensés par un niveau élevé de travail non rémunéré de la part des agriculteurs.

Les objectifs du travail de Terra Verde et de l’IDD-Burkina sont de promouvoir la sécurité alimentaire et de lutter contre la pauvreté en protégeant l’environnement.

« Une base nutritionnelle exemplaire pour les générations actuelles et futures »

« Terra-Verde e.V. et son association partenaire burkinabé améliorent la base nutritionnelle des générations actuelles et futures et contribuent ainsi à réduire le nombre de réfugiés de la pauvreté et de l’environnement. L’exemple de Terra-Verde e.V. montre que l’on peut faire beaucoup avec un grand engagement ».

Dr. Hans Rudolf Herren
Stellvertretender Vorsitzender des Weltagrarrats, Präsident des Millennium Institute. Ausgezeichnet mit dem Welternährungspreis

Une excellente aide à l’auto-assistance

Tout d’abord, il faut convaincre les familles organisées en associations d’agriculteurs de participer et de prendre des responsabilités. Dans notre écocentre, nous formons des agriculteurs sélectionnés à la gestion et à l’application de ces techniques. Les conseillers agricoles nouvellement formés transmettent ensuite leurs connaissances aux petits exploitants afin qu’ils soient en mesure de mener des activités de conservation des sols et de l’eau sous leur propre responsabilité.

Le principe technique est assez simple : des murs de pierre sont construits sur des zones à risque d’érosion pour réduire la vitesse d’écoulement des eaux de pluie. Cela limite l’érosion des sols et augmente leur capacité d’absorption de l’eau. Le transfert de connaissances avec les agriculteurs locaux est élémentaire pour la réussite du travail, car les agriculteurs savent exactement comment le débit d’eau se comporte pendant la saison des pluies.

Fort en matière de coopération locale

Notre partenaire IDD est une organisation non gouvernementale burkinabé avec laquelle nous mettons en œuvre conjointement des projets de réhabilitation des sols sur le plateau central au Burkina Faso. Nos deux associations travaillent en étroite collaboration avec les autorités techniques et administratives au niveau provincial et municipal, ainsi qu’avec les chefs traditionnels.

Le projet phare de l'aide allemande au développement

PATECORE

Erfolgsmodell gegen Hunger

Des pierres contre des déserts

Le travail non rémunéré des communautés villageoises de solidarité :

  1. Ramasser et broyer les pierres
  2. Chargement des pierres des camions
  3. Pose des murs de pierre sur le terrain vague

La dégradation des sols et la désertification progressive sont stoppées.

© Filip Erlind