defren

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Contact Address
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.
Please agree to all the terms and conditions before proceeding to the next step

Already a member?

Login

Informations

Les pierres contre les déserts aident à éliminer la faim

Boîte

Faits

Helfen den Hunger zu stoppen

Agriculture

  • Population rurale 70,0
  • PIB de l’agriculture 34,2
  • Revenu par habitant 715 USD
  • Deuxième exportateur de coton en Afrique

La végétation décline ou disparaît, l’eau se raréfie et le sol s’érode. Cela n’a pas seulement des conséquences mondiales, car les agriculteurs burkinabés luttent contre la faim année après année. Avec  »Pierres contre les déserts », un projet à caractère exemplaire pour la zone du Sahel a été couronné de succès en plus de 20 ans, ce qui mérite votre soutien. La demande sans cesse croissante des agriculteurs et leur forte participation à la vie de l’entreprise garantissent durablement l’approvisionnement alimentaire et stabilisent la région concernée. Répétons ces résultats ensemble.

« Je pense en hectares »

Melchior Landolt

« Combattre la faim au Sahel était mon travail », déclare Melchior Landolt, alors chef d’équipe du projet PATECORE de l’aide allemande au développement et actuel fondateur de Terra Verde.

« Nous soutenons les agriculteurs sur le plan logistique et dans le transfert de connaissances afin qu’ils puissent créer de nouvelles terres arables de manière indépendante à partir des jachères ». La nouvelle du succès du projet s’est rapidement répandue et la demande de participation d’autres agriculteurs a augmenté.

plus d’informations sur le projet d’aide Patecore

Les solutions durables ne peuvent être trouvées qu’avec les agriculteurs

« L’attitude des paysans burkinabés nous a tous impressionnés. Sous une chaleur torride, les gens étaient prêts à casser des pierres avec des pinces à crampons et des pioches et à les déposer dans les champs. Nous soutenons la formation de communautés de solidarité de voisinage entre agriculteurs qui s’entraident dans la lutte contre la faim. Année après année, cette solidarité renforce également la communauté dans les villages, car tout le monde veut terminer la construction des murs de pierre à temps pour la saison des pluies.

plus d’informations sur notre principe actif

Un sol pauvre, des gens pauvres

La zone du Sahel est un habitat difficile ; les sols sont naturellement pauvres, les saisons sèches sont longues et, en outre, la répartition des précipitations est très fluctuante.

Le Sahel a connu les pires sécheresses entre 1972 et 1975, et au milieu des années 1980, environ un million de personnes sont mortes de faim. En outre, de nombreuses personnes ont quitté les pays touchés en tant que réfugiés environnementaux et se sont déplacées vers des pays plus au sud où les précipitations sont plus importantes, comme la Côte d’Ivoire.

Plus d’infos sur la vie au Burkina Faso

Les perdants du changement climatique

Jusqu’à ce que l' »Institut de recherche pour la prévision du climat » réfute la thèse de certains experts, l’opinion restait que le surpâturage de la végétation déjà clairsemée avait entraîné une diminution des précipitations dans la région. Il est plutôt vrai que le réchauffement de l’océan Indien est responsable de cette évolution, car la différence de température entre la terre et la mer a diminué en raison de ce réchauffement, qui a à son tour affaibli la mousson sur la terre.
Plus d’informations sur la Sécheresse au Sahel

L’environnement et l’agriculture aident

La plus grande partie du pays est constituée d’une savane sèche avec une couverture arborée clairsemée, qui est de plus en plus souvent défrichée pour la culture de denrées alimentaires et de coton et convertie en terres arables. Dans le sud-ouest, la végétation devient beaucoup plus dense dans la transition vers les savanes humides. C’est pourquoi cette région est une zone d’immigration, en particulier pour les réfugiés environnementaux du Plateau central. L’agriculture se caractérise par une dégradation progressive des sols et un degré élevé de dépendance vis-à-vis du changement climatique. Le surpâturage et la pression démographique viennent encore compliquer les choses.

La faim revient sans cesse au Sahel

Une pluviosité annuelle d’environ 600 mm est suffisante pour les cultures arables si les précipitations sont bien réparties. Cependant, si la pluie ne tombe que pendant quatre mois, suivis d’une saison sèche de huit mois, il devient difficile de faire des cultures rentables. En raison du changement climatique rapide et donc d’une variation spatiale et temporelle croissante de la saison des pluies, des années de sécheresse se produisent encore et encore. Afin de permettre à un maximum d’eau de pénétrer dans le sol, il faut éviter un ruissellement rapide en surface. Le meilleur moyen d’y parvenir est de construire des murs de pierre de contour. La construction de murs en pierre de contour est une technique de conservation de l’eau et du sol.

Par le passé, les agriculteurs se contentaient de migrer en cas de changements climatiques critiques, mais aujourd’hui, la croissance démographique accrue ne permet pas aux pays voisins d’accueillir d’autres réfugiés de l’environnement et de la pauvreté – plus de 2 millions d’émigrants du Burkina Faso vivent déjà en Côte d’Ivoire.

En savoir plus sur la situation critique au Burkina Faso

La famille paysanne burkinabé moyenne :

  • a 3 enfants
  • ne dispose que de 1,6 hectares pour la culture
  • souffre d’une période de faim saisonnière chaque année
  • ne trouve pratiquement pas de nouveaux sols utilisables
  • leurs enfants travaillent avec nous et vont de moins en moins souvent à l’école primaire