defren

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Contact Address
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.
Please agree to all the terms and conditions before proceeding to the next step

Already a member?

Login

La coopération au développement au Burkina Faso

L’ascension et la chute d’un État modèle ouest-africain

Nous devons rendre cette aide superflue par notre propre production. Nous devons être capables de produire plus, car il est normal que celui qui vous donne de la nourriture vous impose aussi sa volonté.

1986, anciennement Thomas Sankara. Chef d’État du Burkina Faso

Faits concernant le Burkina Faso

Burkina Faso

Population

  • 19,8 millions d’habitants
  • 44 %, ont moins de 15 ans
  • Âge moyen 25 ans
  • Croissance démographique 2,9% par an
  • Population rurale 70,0
  • Espérance de vie 59 ans (Allemagne : 81 ans)

Économie

  • PIB de l’agriculture 34,2
  • Revenu par habitant 715 USD
  • Taux de chômage 6,02 %*.
  • L’extraction de l’or et des minéraux est importante pour l’exportation, crée peu d’emplois et n’est pas transparente en termes de revenus
  • Deuxième exportateur de coton en Afrique

L’idée de Sankara survit

Il n’y a pas si longtemps, après quelques années de réformes, l’un des pays les plus pauvres du monde a pu devenir autosuffisant.

Au lieu de souffrir de la faim, l’agriculture du Burkina Faso a même généré un excédent et a pu exporter une partie de sa récolte dans la région. Pendant la courte régence sous Thomas Sankara, l’égalité des sexes, la fin des mariages forcés et la promotion de l’économie régionale étaient à l’ordre du jour politique.

Bien que Thomas Sankara ait pu préparer la coopération au développement avec le projet PATECORE (poursuivi par Terra Verde depuis 2006), le chef de l’État, assassiné en 1987, n’a pas vécu pour voir le début.
Trois ans après l’arrivée au pouvoir de Sankara par un coup d’État, il a été brutalement assassiné et son ancien compagnon Blaise Compaoré est devenu président – pour 27 ans. En 2014, le peuple a résisté à son désir d’un nouveau mandat par des protestations de masse largement pacifiques et a initié les premières élections démocratiques dans l’ancienne Haute-Volta. De ces élections, jugées libres et équitables, est sorti leur président Roch Marc Kaboré, annonciateur d’une nouvelle ère d’espoir.

L’espoir pour le pays des « droits ».

Depuis 1980, l’État enclavé d’Afrique de l’Ouest s’appelle Burkina Faso, ce qui signifie « pays des gens droits ». Nombreux sont les Burkinabés de bonne volonté qui continuent aujourd’hui encore à adorer les objectifs de réforme de Sankara, car rien n’est plus urgent pour le pays que la fin du piège de la pauvreté et la stabilisation de la zone du Sahel contre la terreur islamiste.

2020 : Un environnement pauvre – une population pauvre

Le Burkina Faso est jeune, pauvre et, en tant que pays enclavé, il dépend de la paix. Les 20 millions d’habitants vont doubler d’ici 2050, ont en moyenne près de 25 ans (Banque mondiale) et 70% sont engagés dans une agriculture autosuffisante. Les périodes de sécheresse affectent particulièrement les parties du pays situées dans la zone du Sahel

La faim des agriculteurs

Près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté absolue. L’indice de développement humain de 0,423 (183e rang sur 188 pays) montre que le pays est l’un des plus pauvres du monde, les zones rurales étant particulièrement touchées par la pauvreté. Les ménages ruraux sont 1,5 fois plus touchés par l’insécurité alimentaire que les ménages urbains.

© Filip Erlind

La croissance au détriment de l’environnement nécessaire à la survie

La croissance économique actuelle de plus de 4 % est principalement due à l’essor de la culture de l’or et du coton. Toutefois, comme le système agricole pratiqué accélère la désertification, les coûts environnementaux risquent fort de dépasser de loin les avantages sociaux – en particulier pour les générations futures. À part l’or et le coton, il n’y a guère de produits d’exportation qui méritent d’être mentionnés.

Climat

Le climat est tropical et alterne entre une saison humide et une saison sèche et pluvieuse. Pendant la saison sèche, qui dure de novembre à avril, le pays est frappé par l’Harmattan, un vent sec, poussiéreux et sablonneux qui assèche la terre.
La durée de la saison des pluies ainsi que la fréquence et la quantité des précipitations diminuent du sud au nord : avec des précipitations annuelles d’environ 600 mm dans le nord, 600-900 mm dans les régions centrales et plus de 900 mm dans les régions du sud (PNUD 2019). La variabilité des précipitations est particulièrement élevée dans le nord-est. Cela rend l’agriculture plus difficile et peut entraîner des pénuries alimentaires même en l’absence de sécheresse.

Environnement et agriculture

La plus grande partie du pays est constituée d’une savane sèche avec une couverture arborée clairsemée, qui est de plus en plus souvent défrichée pour la culture de denrées alimentaires et de coton et convertie en terres arables. Dans le sud-ouest, la végétation devient beaucoup plus dense dans la transition vers les savanes humides. C’est pourquoi cette région est une zone d’immigration, en particulier pour les réfugiés environnementaux du Plateau central. L’agriculture se caractérise par une dégradation progressive des sols et un degré élevé de dépendance vis-à-vis du changement climatique. Le surpâturage et la pression démographique viennent encore compliquer les choses.

Opportunités de développement

La population a connu une croissance rapide avec un taux de croissance annuel de 2,6 %. La proportion de jeunes dans la population totale est très élevée (en raison de la faible espérance de vie et du taux de natalité élevé). La majorité de la population est extrêmement pauvre : le revenu annuel par habitant est de 230 USD (et en baisse). Seul un quart de la population sait lire et écrire. Des maladies comme le paludisme, le sida et la tuberculose font de nombreuses victimes. Les sécheresses, la désertification et l’exode rural déterminent la survie de la population rurale en particulier.

Sans soutien, le pays a très peu de chances de se développer. Le Burkina Faso est un PFR (pays à faible revenu) en stagnation et restera à long terme dans le piège de la pauvreté – forte croissance démographique et destruction des ressources naturelles.

Éducation et développement

  • Indice de développement humain Rang 183 sur 189
  • 40 % de la population vit dans l’extrême pauvreté,
  • 25 % de la population est sous-alimentée
  • 2/3 de la population totale sont au moins touchés par la faim saisonnière une fois par an
  • seuls 67 enfants sur 100 en âge de fréquenter l’école primaire vont à l’école
  • un enfant sur deux entre 7 et 14 ans doit travailler

Peu de perspectives pour les jeunes

Grâce aux médias, de nombreux jeunes peuvent comparer leur situation avec le mode de vie du monde riche. En particulier dans les villes, un groupe croissant de personnes mécontentes émerge, qui peuvent rapidement devenir sensibles à de simples explications, à des images de l’ennemi, à la haine et à la violence. Les jeunes (hommes) sans perspectives sont le terreau de conflits violents, qui peuvent dégénérer en guerre civile (voir Liberia, Sierra Leone, Côte d’Ivoire)

Coopération internationale au développement

Le budget de l’État du Burkina Faso est financé dans une large mesure par des fonds de développement. Outre les donateurs bilatéraux (dont la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark et la Suisse), l’Union européenne et la Banque mondiale sont les principaux donateurs en matière de coopération au développement.

L’avenir

La coopération publique au développement a permis d’accomplir beaucoup de choses, mais l’avenir réside dans la promotion de la responsabilité personnelle, car les nombreux petits agriculteurs sont des personnes capables et désireuses d’investir beaucoup de travail dans leur propre avenir – tout comme à l’époque de leur idole, le président Sankara.